Deux hypothéses pour Coligny : Coloniacum, c’est-à-dire le domaine de Collonius ou Colliniacum : domaine de Collinius.

Collonius, Collinius qu’importe le nom exact. Il s’agirait, dans les deux cas, d’un ancien légionnaire romain. Après avoir passé une bonne partie de sa vie sous les bannières de Rome, il aurait reçu, pour récompense, ce petit bout de terrain à la croisée des chemins. Chemins mêlant histoire et légende.

D’un côté dans l’ombre du Mont Aimé, de l’autre à la lisière des eaux du marais de Saint-Gond : Coligny, petit village agricole. Commune, discrète, qui a longtemps palpité au gré de ces 2 lieux de légendes.

Le marais : lieu de sépulture pour les celtes, objet de folles rumeurs, d’esprit et de spectres navigant entre deux mondes. Le marais, gangue végétale pour le casque d’Attila. Le fléau hun l’ayant perdu au cours de la fuite après la débâcle des champs catalauniques. Les récits les plus fous circulent sur ce lieu. De bouches à oreilles et de balais à citrouilles, on en arrive même à oublier sa véritable histoire. Celle de Gond, ermite du 7ème siècle, fondateur d’une communauté qui porta son nom.

Pour ce qui concerne le mont Aimé les choses sont, en apparence, mieux connues. Siège, pendant des siècles, d’une des plus puissantes citadelles des comtes de Champagne, elle en symbolisait la puissance. Blanche de Navarre, Thibault IV, la guerre de cent ans, son histoire s’écrit à l’encre d’or des vieux blasons, des vieilles enluminures. Pour autant, si cette histoire là est bien connue, elle prête le flanc aux questionnements les plus mystérieux.
Pourquoi ici 1 239 des cathares ont-ils été brûlés vifs ? Pourquoi le tzar de Russie, Alexandre premier, a-t-il décidé en 1815 de commémorer la sainte alliance entre son empire et la France à cet endroit ? C’est parmi ces « pourquoi » que Coligny a traversé les âges.
Entre Histoire et Légende, le passé du village s’est ainsi perdu dans les circonvolutions éthérées de quelques-uns.
Coligny, petite chandelle entourée par deux grands phares : mont Aimé, marais de Saint-Gond.

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire