Si pour une fois nous parcourions Coole de haut en bas, nord-sud, la voie des Romains, comme une autre vision d’un même village. Coole, simple étape entre Sézanne et Vitry-le-François, prendra alors des allures insoupçonnées. Alors suivons la boussole, départ de Sompuis direction le nord. Un changement de cap, invitation à remonter le temps. Après quelques hectomètres parcourus sur la morne plaine champenoise, celle de la craie et du « pouillon », l’horizon se déchire. Tout d’abord, vacillante, l’ombre se précise, pour devenir nette.

Echo du passé, s’élève devant nous la maladrerie oubliée. Elle est telle aux premiers jours, bâtisse austère, domaine des frères de Saint Lazare. Lieu de réconfort et de soins. Un peu plus loin, c’est le hameau perdu de Jouy-sur-Coole qui semblerait renaître. Comme si les heures oubliées de sa destruction, comme si le long travail du temps qui sape murs et fondations n’avaient jamais existé. Continuons à avancer.

Par de là la route royale, s’estomperaient alors les contours de l’actuelle église. Construite sous le second empire, son chemin de croix financé par Napoléon III en personne. Au fur et à mesure qu’elle s’évapore, un autre lieu saint, lui, se dessinerait, semblerait reprendre sa place, un peu plus loin, au sommet de la butte. L’ancienne église perdue, tombée il y a bien longtemps. À ses pieds l’ancien château lui aussi sortirait de terre.

Ses douves se creuseraient à nouveau, ses dépendances se reformeraient. Un paysage que personne n’a vu ici, à Coole depuis longtemps. Étrange promenade à travers le temps le long de la voie des Romains. Alors pour reprendre nos esprits, nous pourrions également nous arrêter un instant sous l’ombrage du vieux marronnier. Là, un jeune officier nous ferait la conversation, son nom Napoléon Bonaparte.

Voilà, donc tout ce que nous pourrions voir à Coole si nous en prenions le temps. Prendre l’autre route du village, éviter la RN 4 et ses camions.

La voie des Romains, piste improbable, seule capable de nous livrer le passé de la commune. Une chose toutefois restera à jamais close à nos esprits : l’origine du nom. Coole…

Là aucune piste même ancienne ne pourra l’expliquer.

 

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire