Ballade Champenoise

Ebbon archevêque de Reims

C »est en l »an 862 que les normands envahissent la champagnes. Ils ont déjà pris et pillé Reims. L »archevêque Hincmar réussi néanmois à s »enfuir avec les restes mortels de Saint Remi et de Saint Rigobert. Il se réfugie alors dans son château d’Épernay et détruit le pont en bois sur la Marne. Mais craignant encore l »envahisseur normand qu »il estime très dangereux, il emmène les restes des deux Saints en l »abbaye d »Orbais…

En fuyant Reims, Hincmar avait également emporté les objets les plus précieux qu »il possédait à l’archevêché, et entre autre, un magnifique livre Évangéliaire écrit pour son prédécesseur, l »archevêque Ebbon, vers l »an 800.(plus précisément entre 816 et 823) et qui contient les quatre évangiles. Ce précieux manuscrit se trouve toujours aujourd »hui à Épernay, à la médiathèque, où il est admirablement bien préservé.

Après le départ des normands, l »église Saint-Jean qui était bâtie dans l »enceinte du château d’Épernay, fut l »objet de grande réparations et reçu le nom de Saint Rémy, sur l »avis de l »archevêque Hincmar qui y fut inhumé.

II appartenait à une grande famille de France, sans qu »on ait pu déterminer exactement le lieu de sa naissance. Moine à Saint-Denis, où il avait reçu les leçons d »Hilduin qu »il suivit, en 830, dans son exil d »une année en Saxe et dont il obtint le rappel, jouissant d »un grand crédit auprès de Louis le Pieux, il fut élu archevêque de Reims en 845 et devint une sorte de premier ministre de Charles le Chauve; après sa réconciliation, en 847, avec l »empereur Lothaire Ier qui s »était d »abord opposé à son élection, il joua le rôle d »un maire du palais et entreprit de diriger d »une façon très autoritaire l »Église de France; c »est lui qui, en 858, est à la tête de la résistance du clergé contre la tentative de Louis le Germanique, et la lettre adressée à cette date au roi de Germanie par les évêques des provinces de Reims et de Rouen pour le conjurer de se réconcilier avec son frère lui est attribuée sans invraisemblance, reproduisant bien ses idées (éd. dans Migne, Patrologie, t. CXXVI, col. 9).

L »évangéliaire d »EBBON (2000) par TeleCentreBernon

 

Tout-puissant alors, il dirige tous les conciles; c »est par lui que l »évêque Hincmar, de Laon , est déposé en 871; il excommunie Carloman, qui avait conspiré contre le roi son père, et contre le pape qui protège l »évêque et le prince il revendique avec succès les droits des métropolitains et des conciles provinciaux; il proteste, lors de la nomination d »un primat des Gaules, l »archevêque de Sens, et compose son De Jure metropolitanorum et une vie fabuleuse de saint Rémy pour soutenir ses droits à la primatie. Il aide Louis le Bègue à se faire couronner; mais, malgré ses efforts, son influence décline à partir de cette époque (877). Il eut de grandes difficultés avecLouis III au sujet des élections épiscopales de Noyon et de Beauvais; cependant, après la mort de Louis III, comme il avait adressé aux évêques une lettre sur l »organisation du palais et de l »État qui débute par un traité des devoirs des rois, Carloman s »efforça d »appliquer ses idées. Il rédigea les canons du concile de Sainte-Macre en 881. Réfugié à Epernay à cause des incursions des Vikings , il envoya de cette ville aux évêques un second avertissement (Patrol., t. CXXV, col. 1007), composé presque entièrement d »extraits de ses autres écrits, et mourut peu après. Il avait été aussi abbé de plusieurs abbayes.

Dans sa conduite politique Hincmar a fait preuve d »une certaine indécision, cherchant à ménager à la fois les deux partis; on le constate non seulement en 858, mais encore en 875 par son Epistola de fide Carolo regi servanda. Dans ses écrits, tout en désirant raffermir l »autorité royale, en voulant qu »on en revînt au gouvernement de Charlemagne, en posant le principe du droit divin, il s »est prononcé nettement en faveur de la subordination de la royauté à l »Église et du gouvernement aristocratique. Il a exposé ces vues dans son traité De Regis persona et regio ministerio, sorte de manuel des devoirs des rois, fait d »après les Pères, et où se trouve développée surtout l »idée que le premier devoir du prince est de punir; ce traité a été dédié très vraisemblablement à Charles le Chauve, qui semblait à Hincmar trop clément. Son ouvrage le plus complet en la matière est l »Epistola de ordine palatii, où il a pris pour base de son sujet l »écrit analogue de l »abbé Adalhard et s »est appuyé sur les traditions qu »il tenait des conseillers de Louis le Pieux (éd. avec trad. fr. par Prou, 1885, in-8, 58° fasc. de la Bibl. de l »Ecole des hautes études). Son Instructio ad Ludovicum Balbum est le plus important de ses opuscules politiques après le De Ordine; il y montre très clairement qu »il voudrait un gouvernement où le roi ne fît rien sans le consentement des nobles. On a de lui encore une lettre De Institutione regis, adressée à Charles le Chauve et qui a pour objet spécial l »éducation des princes Louis et Carloman et n »offre que peu d »intérêt. Hincmar est aussi l »auteur de la dernière partie des Annales dites de saint Bertin, qui va de 861 à 882 (éd. Waitz, Hanovre, 1883, in-8; trad. fr. dans la collection desMém. publiée par Guizot, t. IV).

Parmi ses nombreux autres écrits on doit citer son traité sur la prédestination et ses ouvrages de polémique contre l »hérétique Gotteschalk, puis l »ensemble de sa correspondance. Une partie du recueil des Fausses Décrétales lui a été enfin attribuée, mais probablement à tort. Si l »on tient compte de la haute personnalité d »Hincmar, il faut reconnaître que sa connaissance de l »Antiquité fut relativement imparfaite et que son style est pénible. Ses oeuvres ont été éditées par Sirmond en 1645 (Paris, 2 vol. in-fol.) et rééditées par Migne d »une façon plus complète en 1852 (t. CXXV et CXXVI de la Patrol. lat.). (Marius Barroux).

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire