Ballade Champenoise

Hôtel des comtes de Champagne et des Musiciens

Rue de Tambour –

Les origines possibles : d »aprés Tarbé, le tambour de ville, aussi crieur public, habitait dans cette rue. Ou bien ce nom est-il dû à la présence d »une sculpture, figure de pierre jouant du tambour. C »est l »une des 4 figures de la Maison des Musiciens du 13°me siécle, occupée en 1553 par l »apothicaire Raulin-Sauret puis en 1900, par la droguerie E.Pilla. A cette date, les statues sont sur le point dû être achetées aux USA. Une souscription publique permit de les garder. Entre les deux guerres, les 4 statues étaient exposées au Musée des Monuments Français à Paris puis elles furent rapatriées définitivement, à Reims, au Musée Saint-Remi. La Maison des Musiciens était le plus ancien édifice privé de la ville. En 1685, à l »entrée de la rue, on pouvait voir une estrade sur laquelle avaient lieu les ventes publiques et la maison dite « de la Pierre aux Changes », ancien auditoire de l »Archevêché.

On peut encore voir l »hôtel des Comtes de Champagne .

 

Il s »agissait précédemment de l »hôtel Chastelain (13ème siècle). La 1ère église des Réformés (protestants) a fonctionné de 1833 à 1841 au numéro 2 de la rue.

  

ANECDOTE : lors du sacre de Charles X en 1825, le cortège a emprunté cette rue fort étroite. Pour éviter que les bannières et étendards ne s »accrochent aux maisons, on avait abattu avec des perches les ornements des façades : les statues des musiciens n »ont pas été épargnées et ont été mutilées.

 

 

  

Ont comprend bien sur les cartes avant  1914 l »emplacement des musiciens .

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire