Un des plus beau château que j’ai pu voire jusqu’à présent  , extérieur comme l’intérieur richement garni de mobilier d’époque .

Le château de Sully-sur-Loire, avec ses hautes tours et ses douves profondes, est un superbe exemple de forteresse médiévale. Il fut édifié à la fin du XlVe siècle sur un site qui, depuis l’époque gallo-romaine, commandait l’un des rares franchissements de la Loire.

Le château est mentionné dès 1102, il contrôlait un pont sur la Loire qui disparut dès le xive siècle. Il n’a appartenu au cours des siècles qu’à trois familles : les premiers seigneurs de Sully, la famille de la Trémouille, et la famille de Béthune2.

En 1218, Philippe Auguste fit bâtir une tour maîtresse.

Stéle
Maximilien de Béthune. et Anne de Courtenay
Rachel de Cochefilet

En 1396, Gui VI de La Trémoille lance la construction du château actuel, Raymond du Temple (architecte du roi et du duc d’Orléans) en dresse les plans.

En 1524, un bâtiment est ajouté au sud-est de l’édifice.

Maximilien de Béthune Duc de Sully
Maximilien de Béthune Duc de Sully

Georges Ier de La Trémoille, né en 1384 et mort le 6 mai 1446 au château de Sully-sur-Loire, fut comte de Guînes de 1398 à 1446, comte de Boulogne et d’Auvergne, comte baron et seigneur de Sully, Craon, et de la Trémoille, de Saint-Hermine, de l’Isle-Bouchard, grand chambellan de France (1428).

En 1602 Maximilien de Béthune entre en possession du château en achetant à Claude de La Trémoille la baronnie de Sully-sur-Loire qui est érigée en sa faveur en duché-pairie en 1606, faisant du futur grand Sully le premier duc du nom. Entre 1602 et 1607, ce dernier transforme le château à son usage, édifiant également un parc.

Le jeune Louis XIV se réfugie au château en mars 1652 lors de la Fronde des princes.

Maximilien de Béthune Duc de Sully
Maximilien de Béthune Duc de Sully

En 1715, le château accueille Voltaire qui fuyait Paris.

Le château est resté dans la famille du 1er duc de Sully jusqu’en 1962, année à laquelle le conseil général du Loiret l’acquiert et le restaure.

Maximilien de Béthune Duc de Sully
Maximilien de Béthune Duc de Sully

 

Le château est entouré de douves encore en eau et comprend deux parties distinctes : le donjon et le petit château. Il est bâti au confluent de la Loire et de la Sange.

Le donjon, bâtiment rectangulaire cantonné de quatre tours circulaires, et doté d’une porte à deux tours vers le sud, correspond à la campagne de Guy de la Trémoille. L’intérieur a été profondément réaménagé par Maximilien de Béthune. À noter au premier étage, la grande salle avec ses portes en bois du xviie siècle, la peinture du château de Rosny-sur-Seine sur le manteau de la cheminée, enfin la porte de fer donnant accès au « cabinet » de Sully. La charpente sous comble est un remarquable ouvrage du xive siècle en berceau brisé. Le donjon de Sully offre un cas remarquable de logis à tours circulaires de la fin du xive siècle ; entièrement consacré à l’apparat, il est doublé par un logis privé de même structure interne, mais bien plus intime, donnant la mesure de la dichotomie entre le public et le privé dans les grandes cours princières.

Le petit château ferme la cour au sud du donjon. Il comprend un logis et deux tours, dont une celle du sud-est, a été construite au milieu du xv e siècle sur une tour plus ancienne, alors que l’autre, dite « tour de Béthune », plus basse et terrassée, est « une tour à canon » édifiée en 1605. Le logis, construit dans la première moitié du  XV° siècle, fut à partir du XVI  siècle, la résidence habituelle des seigneurs de Sully. Les intérieurs ont été réaménagés (décor et mobilier) à la fin du xixe siècle. Le corps qui joint le petit château au donjon a été rajouté au xviiie siècle, et refait après l’incendie de 1918.

Pont en bois
Passage en bois

La basse-cour, à l’est, aujourd’hui nue, contenait autrefois le donjon bâti par Philippe Auguste peu avant 1219, à l’occasion d’une confiscation de la seigneurie, ainsi que l’église-collégiale Saint-Ythier, transférée par M. de Béthune à l’intérieur de la ville.

 

Pour y aller :

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire