mieux que mon propre discours …

Après le conflit, Thiepval est choisi pour édifier entre 1929 et 1932 le mémorial dédié aux combattants disparus de la Somme, britanniques et sud-africains. Dédié aux armées française et britannique, son architecture est confiée à Sir E. Lutyens, le plus grand et le plus prolifique architecte britannique de son temps. Dès 1919, l’Imperial War Graves Commission lui avait confié la construction du Cénotaphe à Londres. Il sera également chargé de la construction de nombreux cimetières du Commonwealth, pour lesquels il crée la « Pierre du Souvenir », ainsi que du Mémorial australien de Villers-Bretonneux et de nombreux cimetières.

 


Les noms gravés sur le mémorial de Thiepval sont ceux des 72 000 soldats britanniques ou sud-africains disparus dans la Somme entre l’été 1915 et le 20 mars 1918 – 90% concernent la bataille de la Somme (environ 12 000 tombés le 1er juillet).

 

 

À l’hiver 1931-1932, un cimetière franco-britannique est érigé au pied du mémorial, abritant le corps de 600 combattants (300 soldats français et 300 soldats du Commonwealth). Le site est inauguré le 1er août 1932 par le Prince de Galles et le Président de la République française. Aujourd’hui, 72 244 patronymes y sont inscrits.

 

Ossuaire militaire
Ossuaire

Ses 16 piliers sont recouverts de plaques de pierre blanche de Portland sur lesquelles sont gravés les noms des disparus. Plus de 10 millions de briques ont été nécessaires à sa construction. Les hommes de toutes origines sociales, commémorés sur le mémorial, ont entre 15 ans et 60 ans avec une moyenne d’âge de 25 ans. Le mémorial et le cimetière sont entretenus par la Commonwelath War Graves Commission.

juste à côté se trouve un petit musée avec des ordinateurs ou se trouve tout les noms des soldats  morts  dans cette endroit .

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire