Ballade Champenoise

Poine d’amors et li mal, que j’en irai (32)

Poine d’amors et li mal, que j’en irai (32)

Poine d’amors et li mal, que j’en irai,
Me font chanter amorous et jolis ,
Et en chantant rover, ce qu’ains n’osai,
Cele que j’aim, que ne fusse escondis
De tel don com de joie:
Mais ce n’iert ja que doie
Avoir tel bien de li,
Se par pitié bone Amors, que j’en pri,
Ne fait ausi, com je suis siens, soit moie.

Loial Amors, de mes maus que ferai?
Gonseilliés moi, je sui de vos sospris.
Celerai je ma Dame, ou li dirai
Que por li sui en poinne et m’i a mis?
Li celers m’i guerroie:
Et se je le disoie,
Tost diroit: Fui de ci!
Et il n’est rien que je redoute si.
Si me tairai, face sens ou foloie.

Fors qu’en chantant ainsi me déduirai,
En atendant ce qu’Amors m’a promis,
Merci avoir, que ne déservirai
Tot mon vivant, ne meillor qui l’ont quis.
Et se je requeroie
Ma Dame, et g’i falloie
Si com autre ont failli,
Jamais déduit en espoir si joli
N’auroit en moi: si aim mieus qu’ainsi soie.

Dès lors que vi ma Dame, et m’i donai,
Ains puis ne fui de li amer faintis.
Ne ja ne vuille Amors qu’en nul délai
Mete ledous penser, qu’en liai pris.
Mieus penser ne sauroie
Et plus je ne porroie
Amors mettre en obli.
Si me covient en espoir de merci
Vivre et manoir: por rien ne recroiroie.

Aucune gent m’ont demandé que j’ai,
Que si porte pesme color el vis.
Et je lor ai respondu: — je ne sai.
Si ci muers, c’est d’estre fins amis.»
Ainsi mes cuers lor noie:
Et por quoi lor diroie?
Quant ma Dame ne l’ di,
Qui m’a navré et tost m’auroit gari,
Sé en voloit son fin cuer mettre en voie.

Au pui d’amors convenance tenrai
Tout mon vivant, soie amés ou trais,

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire