Ballade Champenoise

Pour ce sé d’amer me duel (33)

Pour ce sé d’amer me duel (33)(8)

Il aimeras sa dame , il la priera tant , que ce fera merveille si elle ne lui rend pas amour pour amour. 

 

Pour ce sé d’amer me duel,
Si i ai-ge grant confort:
Car adès en li recort,
Dieus! ce que virent mi oel;
C’est la grant biauté veraie,
Qui en pluseurs sens m’essaie,
Que ce que j’ai, si se combat à moi;
C’est cuers et cors, et li oil,dont la voi.
Mais le cuer a , qu’est de greignour pooir:
Or me doinst Dex les autres vueil avoir !

Maintes gens ont un acueil
Où soit a droit ou à tort.
Et Amours fiert sans déport:
Ja n’i doutera orgueil.
Li sages plus s’en esmaie,
Qui Irop sent faire grief plaie,
Grant la me fis , quant le cuer a de moi
En sa prison ; biau m’est, quant je Fi voi.
Miex l’aime en li qu’en nul autre pooir;
Or li doint Diex garder à mon voloir!

Dame, qui pert au besoing
Pour son ami ce qu’il a,
Se cil le guerdon n’en a,
Honis en est pas témoing.
Et pers sans reconquerre
Mon cuer, que tenés en serre:
Perdu non ai. Ne l’ perdrai pas ainsi;
Que por le cuer priera tant merci
Li cors vers vos , que merveilles iert grans,
Se ne fraigniés vers li vostre talans.

Sé je à un hom doing,
( Aucuns de tieus gens i a )
Demain autant m’en rendra:
Ce ne li remet el poing.
Molt grant sens a à beau querre
Et a doner sans requerre.
Et je, Dame, crie merci! merci!
De ce, qui mien deust estre, vos pri.
Que n’espoir pas à vostre dous semblant
Que la merci me viengne au cuer devant.

Dame, or ai dit ma paor:
Moult voudroie ore escoter
Se ja daignerois penser
Vers moi aucune douçor,
Ne riens nule , qui me vaille
Si que le cuer m’en tressaille.
En la prison , là où vous le tenez,
Dieux! fut ains mes cuers si bien enchantés
Nennil certes. Mais se li cors pris fust
Avec le cuer : ja ne me despleust.

Dame, ne puis loer vos grans biautés;
Que trop petis me seroit uns estes.
Mais se riens puis faire, qui vous pleust,
N’iert si grief que nuire me deust.

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire