Accroché aux derniers coteaux de la brie, surplombant la vaste plaine champenoise : Villevenard. Villevenard, une commune, dont les origines se perdent aux confins des mémoires et des contes. La légende fait d’elle la ville d’un certain Venard. Remontons donc l’espace et le temps direction : Rome, l’éternelle.

 

Nous sommes en 44 avant Jésus-Christ, au mois de mars, probablement aux alentours du 15. Ce jour là, l’empire est en effervescence, une immense cérémonie se prépare : ce soir César deviendra roi. Dictateur et censeur à vie, il souhaite que ses pouvoirs lui survivent, instaurer une lignée, la sienne. A l’apogée de sa puissance, son regard d’aigle porte sur l’ensemble de l’Europe, bien au-delà du capitole.

villevenard4

Si loin qu’il en devient aveugle à ce qui se passe autour de lui. La révolte gronde… Une poignée de sénateurs dont son fils, Brutus, complotent. La fin de Caius Juluis est programmée : ce doit être une action collective, tous ensemble, poignard en mains, en pleine cérémonie. L’heure venue, voici donc les 50 conjurés qui se jettent en un même élan. A 55 ans César expire son dernier souffle. L’assassina public fait vite le tour de la cité, la rumeur se propage, franchit les alpes, arrive en Gaule. Là, les légions romaines pour certaines restées fidèles à l’empereur, s’insurgent, refusent le nouvel ordre imposé par le Sénat. L’une d’entre-elles se trouvait dans la région, dans un camp qui de nos jours serait entre Fèrebrianges et Etoges.

villevenard2

 

 

 

Leur chef, un dénommé Baïus, décide de faire sécession, s’invente un petit domaine. Lui et ses fils, Auber et Venard, occupent alors le territoire, s’installent, fondent des communautés. Baye pour Baïus, le Champ pour Auber, et la ville à Venard…Telle est la légende de Villevenard. Une histoire contredite, bien sûr, par les textes des hommes savants.

villevenard villevenard1

Puisque selon eux le village tirerait son nom de villa venariae, maison de chasse en latin. Pour autant les anciens de Villevenard se plaisent encore à croire que leur commune fut fondée par d’irréductibles romains.

N’en déplaise au marnais Uderzo, le village d’Astérix n’était pas le seul à résister encore, encore…

 

 

 

Laisser un Commentaire

commentaires

Laisser un commentaire